Deutsch | English | Français

Projet, thèse de l’intuitivité

 

Une raison intuitive dans la philosophie transcendantale de Kant?

Kant est communément considéré comme le défenseur d’une conception essentiellement discursive de la raison. D’après l’opinion unanime des spécialistes de la philosophie kantienne, il concevrait la connaissance humaine comme une activité intellectuelle se réduisant essentiellement au concept, au jugement et à l’enchaînement logique. Dans le cadre du criticisme kantien, la raison intuitive outrepassant la discursivité, inaccessible aux êtres essentiellement finis que sont les hommes, serait l’apanage exclusif de la faculté divine de connaître. Et en effet, Kant dans son œuvre critique prend sans cesse explicitement position contre l’hypothèse d’après laquelle la faculté humaine de connaître serait capable d’intuition intellectuelle, par exemple à propos des jugements se rapportant à la finalité interne des organismes, ou bien concernant la question de la conscience intellectuelle de soi et de la liberté.

La thèse de l’intuitivité

Néanmoins, je souhaiterais démontrer par la recherche dont je présente ici le projet, que, dans la conception kantienne de la raison pure théorique, aussi étonnant que cela puisse paraître, outre la raison discursive, une raison de type intuitif joue un rôle prépondérant. C’est ce que j’appelle la thèse de l’intuitivité. Bien entendu, cette thèse ne se rapporte pas à la connaissance théorique (connaissance d’objets) de la raison pure au sens restreint du terme (metaphysica applicata), mais elle concerne plutôt la philosophie transcendantale, que Kant caractérise également comme « auto-connaissance (Selbsterkenntnis) » de la raison pure (metaphysica pura). Je voudrais montrer que et dans quelle mesure Kant, dans la théorie transcendantale de la méthode de la Critique de la raison pure, dans la Critique de la raison pratique, dans les Prolégomènes et dans quelques autres textes, appréhende la raison pure comme une faculté capable d’intuition et confie à un mode de connaissance que l’on peut qualifier d’intuitif un rôle d’une importance capitale dans l’économie du système de sa philosophie transcendantale. Même s’il ne l’affirme pas explicitement et que plusieurs de ses déclarations paraissent à première vue impliquer le contraire, la possibilité de la philosophie transcendantale demeure selon Kant conditionnée par la connaissance intuitive de soi de la raison pure théorique.

Implications

Ces conclusions, cela va sans dire, soulèvent une foule de questions et placent les études kantiennes contemporaines face à de nouveaux défis. Une multitude de nouvelles interrogations concernant la conception kantienne de la raison, ainsi que de nouvelles perspectives pour la compréhension de la philosophie kantienne dans son ensemble, découlent aussi et surtout de ces conclusions dans la mesure où elles sont mises en rapport avec celles de ma thèse de doctorat, qui démontre l’identité de Dieu et de la raison pure pratique et l’identifiabilité de l’être raisonnable et de Dieu dans la doctrine des postulats de la Critique de la raison pratique [> www.estdeusinnobis.de].